COVID-19 et le monde de l’investissement!

Le 18 Mars , 2020

Regardons en arrière

  • L’épidémie de COVID-19 (coronavirus) s’est propagée à l’échelle mondiale, le prix du pétrole a chuté et les cours des actions ont considérablement baissé par rapport à leurs sommets historiques.
  • Bien que les données économiques américaines soient solides, la plupart des mesures ont été prises avant que le virus n’atteigne les côtes américaines.
  • En conséquence, les analystes ont considérablement abaissé leurs prévisions de bénéfices pour l’indice S&P 500® du premier trimestre 2020.

En avant

  • Nous pensons que l’économie américaine pourrait se contracter considérablement au deuxième trimestre.
  • Les pertes d’emplois pourraient augmenter et les effets secondaires à court terme de la distanciation sociale seront prononcés.
  • Il est important de noter que la croissance américaine pourrait se redresser au second semestre si les effets viraux s’avèrent temporaires.

Source: FactSet

Les marchés tremblent alors que la pandémie de COVID-19 se propage

Pas plus tard que pour la Saint-Valentin, les investisseurs avaient inondé le marché boursier d’amour et d’affection. Les cours des actions se sont échangés près de leurs plus hauts niveaux , les valorisations ont atteint des niveaux historiques et le COVID-19 a été principalement un problème pour la Chine.

La situation est radicalement différente maintenant. Au cours des dernières semaines, les actions mondiales ont été confrontées à une pression de vente agressive et à la volatilité. Les moyennes des principales actions américaines se situent dans un marché baissier (en baisse de 20% ou plus par rapport à leur sommet), et les évaluations des actions ont baissé alors que les prévisions de croissance des bénéfices pour cette année continuent de baisser en raison de la pandémie.

Nous pensons que le marché ne devrait pas se calmer tant qu’il n’y aura pas de signes de diminution de la pandémie. En conséquence, les investisseurs pourraient être confrontés à une plus grande volatilité en raison des gros titres de l’actualité, ainsi que des prix des actifs en dents de scie.

La quantification de l’impact de COVID-19 est un facteur clé de la position finale des cours boursiers. Il y a déjà eu un effet considérable sur la vie / les comportements quotidiens dans le monde, ce qui ralentira considérablement l’activité économique.

Ici aux États-Unis, par exemple, les voyages en avion s’immobilisent. Les écoles ferment. Les bars et restaurants ont été fermés. Les cinémas, les parcs à thème et les sites sportifs sont vides ou fermés pour l’instant.

La question majeure pour l’économie: cela va-t-il entraîner des perturbations de l’emploi? En dehors des perturbations de la chaîne d’approvisionnement mondiale et de la baisse des bénéfices des entreprises, cette question est au cœur de la mesure de l’impact du virus sur l’économie américaine.

Bien que nous nous attendions à ce que les marchés restent en mouvement à court terme, les 11 secteurs de l’indice S&P 500 génèrent désormais plus de revenus que les bons du Trésor à 10 et 30 ans. Certains secteurs produisent un multiple des taux actuels des obligations d’État.

Les investisseurs désireux de supporter la volatilité ont la possibilité d’acheter des actions de qualité à des rendements très attractifs par rapport aux taux des obligations d’État. Compte tenu de la croissance que les actions peuvent fournir au fil du temps, historiquement, ces perturbations des rendements actions / obligations ont prouvé de solides opportunités d’achat à long terme.

Mais pour l’instant, beaucoup de choses sur COVID-19 et son impact sur l’économie américaine sont inconnues. Les conditions actuelles du marché appellent à la prudence.

Trois actions pour gérer la pression du marché

Les conditions COVID-19 évoluant dans les semaines et les mois à venir, nous évaluerons nos prévisions, notre stratégie et nos conseils en matière d’allocation d’actifs. Les conseillers financiers Ameriprise sont la meilleure source d’informations à jour concernant notre marché et nos perspectives économiques au cours de cette période sans précédent.

Alors, que pouvez-vous faire pour aller de l’avant?

Premièrement: n’oubliez pas qu’il est rarement bénéfique pour le succès d’un investissement à long terme de réagir à ce type de mouvement du marché ou d’essayer de chronométrer les hauts et les bas. Nous pensons que les investisseurs devraient se concentrer sur l’achat d’actifs de haute qualité plutôt que sur la sortie d’actions pendant les périodes de forte volatilité.

Deuxièmement: restez concentré sur vos objectifs financiers. Un conseiller Ameriprise s’engage à vous aider à naviguer dans les dynamiques changeantes du marché, y compris les marchés baissiers.

Troisièmement: Assurez-vous que vos allocations d’actifs correspondent à votre profil de risque à plus long terme et revoyez régulièrement votre composition d’investissement avec votre conseiller “Ameriprise”.

Enfin, c’est dans des moments comme ceux-ci que le fait d’avoir un conseiller financier fiable peut faire toute la différence pour vous garder, vous et vos objectifs financiers, sur la bonne voie. Notre conseil: restez concentré sur votre stratégie et contactez votre conseiller “Ameriprise” pour toute question ou préoccupation concernant la volatilité du marché. Les conseillers “Ameriprise” sont disponibles par tous les moyens qui vous conviennent le mieux, y compris virtuellement par téléphone et en ligne.

Ces chiffres sont présentés à titre indicatif uniquement et ne sont pas garantis. Ils ne reflètent pas les taxes ni les frais ou dépenses d’investissement / de produit, ce qui réduirait les chiffres indiqués ici.
Source: Morningstar Direct, le 18 Mars, 2020

The mortgage industry is booming

Lenders issued $2.4 trillion in home loans last year

Now sure is a great time to be a mortgage lender – they issued $2.4 trillion in home loans last year, which was the most since 2006.

In fact, the $2.4 trillion was a 46 percent increase from 2018, according to industry research group Inside Mortgage Finance.

 

Many homeowners are looking to refinance their mortgages after the Federal Reserve lowered interest rates three times last year. Lowering interest rates also makes other asset classes such as bonds less attractive, which has caused investors to turn to higher-income producing assets like real estate.

The news comes as a reprieve to the housing market, which reported signs of a slow down in 2018 after years of home price gains.

Overall, refinancings made up 38 percent of mortgage originations last year, according to the Wall Street Journal, which cited data from the Mortgage Bankers Association. The mortgage jump also aligns with December sales of existing homes, which rose nearly 11 percent from the year before, according to the National Association of Realtors.

 

The housing market still faces pressing challenges including rising construction costs and a limited supply of entry level single-family homes. Rising construction costs, particularly labor costs, have shrunk homebuilders margins which makes them less incentivized to build affordably-priced homes for first time buyers.

A jump in mortgage lending is generally a good sign for the housing market, but some academics and regulators are concerned about the rise in nonbank mortgage lending. Nonbank residential mortgage companies like Quicken Loans and LoanDepot now originate a majority of the residential mortgages in the U.S., compared to a decade ago when traditional banks dominated the space and are more regulated than nonbanks. [WSJ]Keith Larsen

Pour lutter contre l’érosion de la plage, des tonnes de sable déversées à Miami Beach

Des dizaines de camions qui déversent des tonnes de sable blanc à Miami Beach : c’est la réponse des autorités à l’érosion de l’une des plages les plus touristiques des États-Unis, un phénomène causé par la hausse du niveau de la mer.

Cette hausse est elle-même causée par le changement climatique, et le rétrécissement de la plage est également accentué par les ouragans qui frappent régulièrement l’État de Floride, explique  Steve Leatherman, de l’Université internationale de Floride (FIU).

Pour y faire face, le corps du génie de l’armée américaine a commencé à répandre ce mois-ci 233 000 mètres cubes de sable pour remblayer, d’ici juin, les zones érodées de Miami Beach. Un projet qui a vu le jour après le passage de l’ouragan Irma en 2017. Le simple coût du sable atteint 16 M$: «Certaines personnes disent que c’est jeter des dollars dans l’océan chaque année et ils ont parfois raison, mais nous devons le faire, nous avons besoin des plages», argumente M. Leatherman, parfois surnommé «Dr. Plage».

L’érosion moyenne à Miami Beach est, dit-il, de 30 centimètres par an. Mais la plage recule par endroits beaucoup plus vite.

Durant les travaux, les camions déposeront entre 100 et 250 chargements de 22 tonnes de sable par jour. Selon la loi, les ingénieurs ne peuvent utiliser que du sable américain, et celui qui est déversé à Miami Beach vient de l’ouest de la Floride. Les grains ne peuvent dépasser 4,7 millimètres.

Ce plan fait lui-même partie d’un projet plus large de 158,3 M$ accordés au comté de Miami, en 2018, par le gouvernement fédéral à Washington pour enrayer l’érosion des plages et protéger la côte des ouragans. Il concernera notamment trois autres localités au nord de Miami, où s’alignent les gratte-ciel aux appartements valant plusieurs millions de dollars.

Le projet a également demandé la protection des nids de tortues ou leur relocalisation quand cela était nécessaire.

La durée de validité des visas E-1 et E-2 a officiellement été réduite

La durée de validité des visas E-1 et E-2 a officiellement été réduite.

Depuis le Mardi 12 Novembre 2019, l’ambassade Américaine de Paris a officiellement réduit la durée de validité des visas E-1 (Treaty Trader) et E-2 (Treaty Investor) pour les demandeurs Français.

Les demandeurs se verront octroyer un visa d’une durée de 25 mois renouvelable.
Précédemment, les visas E-1 et E-2 avaient une durée de validité de 60 mois, soit 5 ans.

Ce changement intervient quelques mois après un premier communiqué de l’ambassade informant les citoyens Français de la volonté du gouvernement Américain de réduire la validité de cette catégorie de visa. Il ne concerne cependant pas les visas déjà émis, la durée de validité de votre visa actuel reste inchangée. C’est un changement soudain qui surprendra certains, mais qui fait suite à une augmentation constante du nombre d’investisseurs Français ne parvenant pas à maintenir leur activité après leur installation aux États-Unis. La relation houleuse entre les gouvernements Américain et Français pourrait également être l’une des raisons pour lesquelles ce changement est intervenu. Malgré cela, nous encourageons toutes personnes souhaitant faire de leur rêve une réalité à nous contacter afin d’évaluer la meilleure solution pour leur futur investissement aux États-Unis.

Selon un communiqué publié jeudi 31 octobre par le député des Français d’Amérique du Nord Roland Lescure, les Etats-Unis vont raccourcir la durée des visas E, ainsi qu’une série d’autres.

Le Département d’Etat n’a pas confirmé ces changements et renvoie vers le site du bureau des affaires consulaires pour suivre d’éventuelles modifications des modalités de visas. “La procédure est toujours en cours de révision“, précise une porte-parole.

Selon l’élu, qui s’est entretenu avec le consul des Etats-Unis à Paris :

  • Le visa E passe à 25 mois (contre 60 jusqu’à présent) pour les futures demandes.
  • Les visas F (formations universitaires) passent de 60 à 25 mois.
  • Les visas H (travailleurs qualifiés) de 60 à 20 mois et coûteront désormais 480 dollars.
  • Les visas L (employés transférés dans une filiale américaine) de 60 à 17 mois.
  • Les visas  R (voyages à vocation religieuse), de 60 à 16 mois.
  • Les visas I (membre des médias) s’en tirent bien: la durée du visa reste inchangée à 60 mois et son coût passe de 160 dollars à zéro.

Le député Lescure précise que des conditions de renouvellement “améliorées“,  seront mises en place pour ces visas par courrier,.

D’après le communiqué de Roland Lescure, les changements prendront effet à partir du 12 novembre pour ces visas, sauf le H, qui sera modifié à partir du 31 janvier 2020.

Biscayne Green Project


C’est la présentation «Biscayne Green», faite lors d’une réunion hier, à l’occasion d’une étude officielle qui entraîne l’extraction des voies de circulation de biscayne boulevard

Le public a eu l’occasion pour la première fois de donner son avis sur le projet Biscayne Green du centre-ville de Miami lors d’une réunion publique au cours de laquelle une présentation de la proposition a été faite (la présentation complète est présentée dans l’article original).

L’objectif de Biscayne Green est d’améliorer la sécurité des cyclistes et des piétons, d’améliorer la connectivité est-ouest entre les aménagements du centre-ville et du secteur riverain, de remplacer le stationnement et d’activer la médiane avec des fonctionnalités conviviales pour les piétons, indique la présentation.

Un tronçon d’environ un demi-kilomètre allant de SE 1st Street à NE 6th Street pourrait entraîner une réduction du nombre de voies de circulation de huit à quatre ou six.

Actuellement, 19 500 véhicules circulent en moyenne par jour dans les voies en direction nord et 11 500 dans les voies en direction sud. Il y a 392 places de stationnement dans la médiane.

Deux réunions publiques supplémentaires sont prévues en 2020. Deux autres plans conceptuels devraient être mis au point et un rapport final devrait être présenté au printemps 2020.

Cliquez-ici pour consulter l’article original

BRIGHTLINE TRAIN STATION OUVRIRA SES PORTES À PORTMIAMI EN 2020

Les commissaires de Miami-Dade ont voté hier en faveur d’un accord avec Brightline/Virgin Trains pour une gare ferroviaire à PortMiami.

Les détails du projet ont été révélés dans un protocole d’entente entre le comté et l’exploitant du train :

Emplacement et taille de la station

Virgin sera autorisée à utiliser une structure de tente actuellement au Terminal H, soit pour une gare ferroviaire permanente, soit comme aire de transit temporaire si elle le souhaite (la tente est adjacente à ce qui deviendra le nouveau terminal de croisière Virgin conçu par Arquitectonica).

Il y a environ un acre de terrain disponible pour la gare à côté de la voie ferrée.

Le terminal ferroviaire aura une superficie d’environ 20 500 pieds carrés.

Coût et financement

Le coût de construction est estimé à 15,2 millions de dollars.

Le comté versera une contribution ponctuelle de 5,2 millions de dollars pour la construction. Des frais de 2 $ par passager seront remboursés au comté.

Virgin couvrira les 10 millions de dollars restants, ainsi que l’entretien, et contribuera également 35 millions de dollars en matériel roulant pour le projet.

Service après-vente
Le service commencera avant la fin de 2020

Les trains circuleront d’abord deux fois par jour, avant de monter en puissance au moins quatre fois par jour les jours où le volume est élevé. Ils traverseront Biscayne Boulevard et s’arrêteront à MiamiCentral avant de continuer vers le nord, y compris Fort Lauderdale et Orlando.

Les croisiéristes pourront enregistrer leurs bagages dans d’autres stations Brightline et les bagages seront livrés à leur cabine de croisière.

Un service de navette déposera les passagers de la gare ferroviaire portuaire à leur paquebot de croisière.

Installation intermodale de PortMiami

Le Port et Virgin Trains se sont mis d’accord pour coopérer sur un éventuel transfert de la gare ferroviaire du port si le Comté décide de construire une installation intermodale à PortMiami dans le futur.

 

Cliquez-ici pour consulter l’article original

Baisse de la taxe foncière à Miami !

Les commissaires de Miami ont voté la semaine dernière en faveur d’une baisse des taux d’imposition foncière!

Le maire Francis Suarez a annoncé dans une vidéo sur les médias sociaux que le nouveau taux de taxe foncière 2019 sera le deuxième plus bas de la ville au cours des trois dernières décennies.

Selon le nouveau budget, le taux passera de 8,03 en 2018 à 7,99 cette année.

Pourtant, Miami voit ses recettes fiscales augmenter grâce à un boom immobilier. Les valeurs imposables sont en hausse de 10,5 % pour 2019 si l’on tient compte des nouvelles constructions, tandis que les valeurs existantes sont en hausse de 4,5 %.

Les villes côtières voisines avec une concentration de biens de grande valeur bénéficient également d’un taux de remplissage inférieur à celui de la ville de Miami.

M. Suarez a fait remarquer que le taux de criminalité à Miami est maintenant à son plus bas niveau en plus de 50 ans.

 

Cliquez-ici pour consulter l’article original et obtenir plus de détails

 

 

La réforme des visas E1 et E2 a disparu du site de l’ambassade américaine à Paris

Elle a disparu du site de l’ambassade américaine à Paris de la même manière qu’elle y était apparue durant le mois d’août : sans crier gare !

Il n’est plus du tout fait mention d’une quelconque réforme ou changement sur l’octroi des visas E-1 et E-2 aux ressortissants français. Il ne faut cependant pas se réjouir trop vite, il se pourrait que les discussions se poursuivent pour un délai indéterminé. Mais en tout cas ça sera un peu rassurant pour ceux qui sont en train de terminer leurs dossiers de visas : l’ambassade américaine semble ainsi bien moins certaine de ces changements qu’elle ne l’était à l’origine.

Rappel de l’histoire : Au mois d’août un petit encadré gris avait d’abord été placé sur la page dédiée à ces visas pour signaler que leur durée des deux visas allait passer de 60 mois à 15 mois, ce qui avait provoqué un choc chez les deux catégories de personnes intéressées : les investisseurs français (E2) et les Français qui vendent leurs produits étrangers sur le territoire américain et qui ont besoin d’y résider temporairement (E1). L’opinion était partagée sur le pourquoi de ce changement, entre les uns qui mentionnait un « coup politique » (dont on n’a toujours pas compris en quoi il aurait consisté) et le bug administratif, option que, faute d’autre preuve, Le Courrier privilégiait.
La réforme devait entrer en vigueur le 29 août 2019, mais ce jour-là un nouvel encadré était présent sur la page de l’ambassade, précisant que la réforme était repoussée au 26 septembre, et sans plus faire du tout mention d’un quelconque changement de délai.
Et puis, ce 12 septembre… il n’y a plus rien. Soit la diplomatie a fait son œuvre, et tout est rentré dans l’ordre… soit l’ambassade des Etats-Unis à Paris à d’autres petits encadrés gris dans sa manche. Espérons que ce soit la première option : Le Courrier va essayer d’en savoir plus !

Cliquez-ici pour consulter l’article original

Propositions de réaménagement pour le théâtre Byron Carlyle à North Beach

Les promoteurs ont soumis deux soumissions concurrentes pour le réaménagement du théâtre Byron Carlyle à North Beach.

Miami Beach a invité les soumissionnaires à soumettre des propositions pour la propriété et n’a reçu que deux réponses.

Pacific Star Capital construirait un immeuble de 11 étages conçu par Kobi Karp, comprenant 160 chambres d’hôtel et des locaux commerciaux au rez-de-chaussée.

Le Byron est une offre concurrente de Matis Cohen, Keith Menin et des membres de la famille Galbut. Il comprendrait 114 appartements résidentielles, dans un immeuble de sept étages conçu par Arquitectonica. Les appartements seraient de la taille d’un micro appartement.

Les deux soumissionnaires sont propriétaires d’une propriété à proximité avec des plans d’aménagement.

Un centre culturel serait également développé dans le cadre de ces appels d’offres.

Cliquez-ici pour consulter l’article original